Ton corps/ le mien (Madrid, 2009/2010)
Sur l’héroïsme de la vie quotidienne

Projet d’interventions urbaines et de performances avec des immigrants récemment arrivés

Ton corps/ le mien est un projet de Karin Elmore, dédié au thème des femmes travailleuses immigrées.

Les transformations économiques et socioculturelles ont motivé dans les derniers temps, d’importants mouvements de migration, en peuplant, abruptement, les grandes villes du monde.

Ces nouveaux ingrédients, ces nouvelles présences, qui arrivent avec une fréquence inaliénable, ajoutés au manque de préparation social et économique pour un accueil adéquat, produisent malheureusement de nombreux problèmes de marginalité et d’exclusion sociale. Cette cohabitation “forcée” et la plupart du temps imperméable pourrait être canalisée et orientée vers une convivialité, une harmonie sociale, dans le respect et la reconnaissance de la diversité.
Au milieu de ces changements sociaux accélérés, il y a des femmes et des hommes immigrés, dont le travail et l’identité ne sont pas reconnus.

Il s’agit de rendre visible le processus d’une nouvelle société en création : complexe, riche en diversité, dynamique.

Ton corps/ le mien propose une série de pièces chorégraphiques et d’installations structurées autour de l’axe de la polarité, en fonction d’un travail en couple et en séparation de genre : artiste visuel et un maçon ou plombier ; et ou des couples formées de femmes de ménage ou assistantes d’infirmerie /danseuse-chorégraphe-performeur.

Ton corps/ le mien, est en même temps une action poétique, un travail collectif, un manifeste ouvert sur une problématique sociale d’urgence, et aussi une initiative pour l’intégration sociale, et une source de travail réelle pour un groupe d’artistes et d’émigrants.

Ce projet, basé sur la problématique sociale de chaque ville, cherche à mêler artistes, immigrants et différentes institutions publiques et privées, autour d’une réflexion sur la transformation de la société. Ce projet se nourrit des opinions, expériences et réflexions de chacun de ses participants et il peut varier selon les exigences et les caractéristiques de chaque lieu.

Ton corps/ le mien convie le travail toujours la participation des résidents, aussi bien au niveau des chois des collaboration artistiques que au niveau des « acteurs ».

I PARTIE

Ton corps / le mien Avril-Juin 2010
Femmes chorégraphes –femmes ouvrières

Ton corps / le mien a été réalise dans deux lieux géographiques distincts : Lima et Madrid.
A Lima nous avons créé quatre pièces inspirées des vies des femmes de la classe ouvrière, en collaboration avec l’artiste visuelle péruvienne Susana Torres et la chorégraphe Marisol Otero. Ces créations ont été présentées chez des gens et sur l’espace public en trois quartiers : Puerto Nuevo, Comas et Villa El Salvador, et au Centre Culturelle d’ Espagne de Lima. A Madrid, il a été réalisé en collaboration entre Karin Elmore et trois chorégraphes espagnoles : Amalia Fernández, Mónica García et Paloma Calle et douze femmes immigrées récentes. Il a été coproduit par le Musée Reina Sofía et le Festival Ellas crean à Madrid et présenté le 8 et 9 avril.

Ton corps/ le mien à Madrid

Le projet a été crée à Madrid grâce au soutien du Festival Ellas crean y du Museo Nacional Centro de Arte Reina Sofía. Fu présenté le 8 et 9 avril 2010 dans la Salle de Protocol du bâtiment Jean Nouvel.

Las pièces crées sont:

SET de Paloma Calle
Avec: Eugenia Adam, Silvia Alegre, Ayelén Cantini, Sarah Kamal, Germania Guerra , Carmen Rosa Reyes.

Est une improvisation chorégraphique basée Dans la construction d’une réalité standard. Est un défi aux stéréotypes.

LA VISITA de Karin Elmore
Avec: Laila El Arbiti, Virginia Lazarte, Mayra Montaluisa, Liudmila Vishneuskaya.

L’identité et le déplacement, le virtuel et le physique, le corps au milieu d’autres corps, observé ou être observé.

La Visita est comme une visite guidée à un musée, une installation crée par le public, avec des photos, objets et textes en suivant des instructions audio.

ABIBA de Mónica García
Avec: Abiba Tihor y Mónica García
Je ne connais pas beaucoup Abiba. Je sais qu’elle vient de Senegal, qu’elle a 28 ans et qu’elle est arrivée en Espagne il y a trois ans. Son fils est né ici, Mohamed. Lui est espagnol. Etre hors le lieu et trouver un endroit pour y être. Deux personnes se connaissent et un temps. Un parcours entre deux.

SOUVENIR de Amalia Fernández
Avec: Amalia Fernández y María Fernanda Silva

SOUVENIR est une réflexion sur des sujets qui construisent l’identité immigrant, l’identité féminine, l’identité nationale
Nous jouons aux cartes, composons un hymne nationale, interpellons à un habitant d’un pays qui n’existe pas Dans les cartes cari l n’a pas été encore découvert, et leur présentons un précieux objet d’exposition: le seul musée ou ils pourront toucher, photographier, décorer avec des écrits, dessins….et même pourront emmener à la maison, si elle est d’accord.

 

Video 1

Video 2